30 juin : les poussins ne sont plus que six et se montrent beaucoup moins. C'est le plus petit, le dernier-né qui manque à l'appel. Ses frères sont nettement moins bruyants. Les parents font preuve, eux aussi, de discrétion. Tous circulent de cachette en cachette, à travers la jungle des iris d'eau.

7 juillet : attaques de corneilles, de chats ou de renards ? Epuisement du stock alimentaire à la suite des razzias répétées des étourneaux qui viennent en bande admirer mes épouvantails ? La famille Pouldo a complètement disparu. Seul le deuxième nid qui jaunit lentement, témoigne de sa présence passée, au temps des cerises.
Identification
Photographie
Je la soupçonne d'avoir quitté les lieux, fort exigus et mal fréquentés, pour un étang situé à quelque 300 mètres. Il est mieux adapté aux besoins d'espace d'une famille nombreuse. D'autant que ses rives, pleines de ronces, sont propices à la mue estivale des plumes qui rend les oiseaux adultes si discrets. J'y observerai, effectivement, au cours de l'automne, six jeune poules d'eau au brun plumage.